Décrypter le code d’une bonne gestion d’équipe dans des environnements de travail collaboratifs

Red paper ship leading white paper ships as a symbol of leadership.

Dans cet article, nous avons demandé à des personnes de tous âges, de tous horizons et de toutes professions à quoi ressemble un excellent leadership. Découvrez ici les compétences et les qualités nécessaires à un·e bon·ne chef·fe d’équipe.

Comme le dit le dicton, deux avis valent mieux qu’un. Dans le monde professionnel moderne, la collaboration est devenue essentielle aux environnements de travail productifs. D’ailleurs, une enquête de grande ampleur menée auprès de plus de 7 000 entreprises à travers le monde (🇬🇧) a révélé que la tendance actuelle la plus importante était la nécessité de créer des structures davantage axées sur les réseaux et les équipes.

En effet, les idées les plus novatrices et les plus utiles naissent souvent d’un travail collaboratif qui permet d’apporter plusieurs points de vue. Le partage des idées au sein d’un groupe contraint ses membres à se nourrir de l’énergie créative de chacun·e et encourage les employé·e·s à travailler plus efficacement en équipe.

Mais travail en équipe et travail d’équipe ne vont pas nécessairement de pair. Pour que le travail collaboratif donne de bons résultats, les groupes ont besoin d’un environnement et d’une direction appropriés, et cela commence avant tout par un excellent leadership.

Employee SatisfactionComment créer une culture d’entreprise propice à l’esprit d’équipe ?

Un guide pratique pour plus de bien-être au travail
Découvrez dans notre e-book gratuit comment améliorer la satisfaction au travail de vos équipes avec des mesures concrètes

Qu’est-ce qu’un·e « bon·ne » chef·fe d’équipe ?

Le concept de « bon·ne chef·fe d’équipe » dépend largement de l’interprétation de celles et ceux qui sont dirigé·e·s. Chaque employé·e a un point de vue différent sur les éléments nécessaires au succès d’une équipe, et sur la façon dont l’orientation donnée par le ou la chef·fe influence le résultat des environnements de travail collaboratif.

Le travail productif nécessite des efforts de collaboration, et les employé·e·s doivent avoir le sentiment de faire partie d’un tout afin de faciliter la transition d’un état d’esprit individuel à un état d’esprit collectif.

 

Entretiens : quelles sont les compétences nécessaires à un bon leadership dans le cadre du travail en équipe ?

Pour avoir une meilleure idée de la façon dont les compétences en leadership influent sur les environnements de travail modernes, nous avons interrogé des personnes de tous âges, de tous horizons et de toutes professions pour savoir ce qu’elles considèrent être un excellent leadership dans les situations de collaboration*.

Bill, 67 ans – Consultant senior

Smiling business man standing in a meeting.

Les managers doivent permettre aux autres membres de l’équipe d’endosser des responsabilités dans le cadre du travail collaboratif, tout en leur donnant la possibilité d’être eux/elles-mêmes des leaders. Après des années de travail avec toutes sortes de personnes, j’en suis venu à penser que le modèle de leadership idéal comporte quatre éléments essentiels : la vision, la communication, la responsabilisation de l’équipe et la vérification.

J’ai souvent vu le management et le leadership être considérés comme une seule et même chose, mais les leaders peuvent être en fait n’importe quel·le membre d’une équipe. Toutefois, il peut être plus difficile de laisser certaines personnes diriger une équipe dans des environnements collaboratifs si l’autorité formelle n’existe pas. 

Ryan, 38 ans – Directeur général

Smiling business man sitting at a table.

Pour être un·e bon·ne chef·fe d’équipe, il faut avant tout avoir d’excellentes compétences organisationnelles. Il est essentiel de pouvoir évaluer le projet dans son ensemble pour qu’il soit un succès. Cela implique d’identifier les compétences de tous·tes les membres de l’équipe concerné·e·s, de définir clairement les processus et de déterminer des objectifs globaux. Un·e bon·ne chef·fe communiquera ses plans d’organisation et les processus à suivre à toutes les personnes impliquées et s’assurera de recueillir les retours des autres afin qu’ils ou elles puissent améliorer leur travail.

Alexander, 28 ans – Steward

Un·e bon·ne chef·fe d’équipe crée un environnement ouvert qui encourage chacun·e à exploiter au mieux ses qualités. Comme nous travaillons dans un espace confiné pendant de longues heures et que nous devons respecter des normes rigoureuses, notre chef·fe doit savoir comment chacun·e d’entre nous peut contribuer au mieux de ses capacités afin de ne pas prendre de retard dans nos tâches et de maintenir nos objectifs. Il ou elle doit également être en mesure d’organiser notre équipe de manière à nous garder motivé·e·s et à nous encourager à travailler ensemble.  

Fuad, 23 ans – Assistant juridique

Smiling office worker standing in front of a wall.

Un·e bon·ne chef·fe peut donner des instructions de manière efficace sans avoir à sans cesse s’en expliquer. Mon patron, par exemple, est avocat dans l’une des meilleures agences d’emploi du pays. Ses instructions sont toujours claires et concises, ce qui me permet de faire mon travail de manière plus efficace. Je n’ai jamais besoin de demander des explications supplémentaires, ce qui rend notre travail collaboratif beaucoup plus fructueux.  

Jingwei, 21 ans – Coordinateur marketing digital

J’apprécie de suivre les instructions d’une personne qui peut être à la fois visionnaire et réaliste ; quelqu’un qui peut penser en dehors des sentiers battus, mais aussi de façon logique. Lorsque l’on travaille sur des campagnes créatives, le fait de pouvoir penser de cette manière facilite grandement le partage des idées et la collaboration, notamment au sein d’équipes composées de personnalités différentes issues de tous les horizons.

J’admire les chef·fe·s qui apportent au travail une approche encadrée et équilibrée. Ils le font grâce à des modèles de travail qui s’appuient sur des processus de réflexion bien organisés.

Meghan, 36 ans – Directrice des opérations financières

Smiling business woman standing in an office.

Un·e bon·ne chef·fe doit être capable de créer un environnement positif pour les autres membres du personnel en les écoutant attentivement, en étant décisif·ve, en leur donnant des avis honnêtes et en leur adressant des critiques constructives, tout en étant capable d’accepter les critiques en retour.

Le travail que je fais exige une grande précision ainsi que la mise en commun de nos efforts pour faire avancer les choses. Il est donc important que les chef·fe·s sachent admettre leurs erreurs et soient prêt·e·s à travailler en collaboration pour trouver des solutions.  

Deanna, 52 ans – Assistante administrative

Smiling business woman standing in an office.

Pendant la majeure partie de ma carrière, j’étais mère célibataire. Il était donc très important pour moi que mon ou ma patron·ne soit quelqu’un qui puisse être ouvert·e d’esprit et sensible aux besoins des autres. Je voulais avoir une carrière, mais ma priorité a toujours été d’être présente pour mes enfants.

J’ai eu la chance d’avoir toujours pu travailler avec des dirigeant·e·s qui comprenaient et acceptaient mon désir de maintenir un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée, sans que cela ait un impact négatif sur mon évolution de carrière au sein de l’entreprise.

Kaleigh, 32 ans – Coordinatrice de parcours santé

Smiling office worker standing in front of a book shelf.

Je travaille dans un environnement où la communication joue un rôle important dans la détermination des plans d’action que nous adoptons pour le traitement des patient·e·s. Cela signifie que l’honnêteté et la transparence sont des qualités cruciales pour les personnes qui occupent des postes de direction.

Nous collaborons régulièrement avec différentes organisations, les dirigeant·e·s doivent donc pouvoir facilement s’adapter et être capables de travailler de façon ouverte avec toutes sortes de personnes. Je pense également que la sincérité et la passion pour chaque projet sont essentielles pour créer un environnement de travail positif et productif.

*Les entretiens ont été modifiés pour plus de clarté.

Quelles sont les compétences clés en leadership ? Ce qu’il faut retenir

D’après nos entretiens, un·e bon·ne chef·fe d’équipe doit posséder ces qualités et compétences :

  • peut communiquer ouvertement et efficacement  ;
  • peut donner et accepter des critiques constructives ;
  • a un excellent sens de l’organisation ;
  • peut penser en dehors des sentiers battus et de façon logique ;
  • peut identifier et nommer les ensembles de compétences de tous·tes les membres de l’équipe ;
  • peut responsabiliser et motiver les membres de l’équipe à donner le meilleur d’eux/elles-mêmes ; 
  • est ouvert d’esprit et sensible aux besoins des autres ;
  • établit un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour le personnel ;
  • peut facilement s’adapter ; 
  • a une approche axée sur les résultats ;
  • fait preuve de passion pour chaque projet.
Employee Satisfaction
Comment créer une culture d’entreprise propice à l’esprit d’équipe ?
Un guide pratique pour plus de bien-être au travail
Découvrez dans notre e-book gratuit comment améliorer la satisfaction au travail de vos équipes avec des mesures concrètes
La rédaction

La rédaction

Chez Babbel for Business, nous sommes convaincu·e·s que la diversité culturelle garantit une atmosphère ouverte et propice à l'innovation au sein des entreprises. Apprendre une autre langue encourage à penser différemment et aide les équipes à trouver les mots justes pour un travail d'équipe et une communication interculturelle réussis.